Voeux pour le Nouvel An japonais(oshōgatsu):

  • 新年おめでとう (Shinnen omedetō)
  • 新年おめでとうございます (Shinnen omedetō gozaimasu)
  • 新年明けましておめでとうございます (Shinnen akemashite omedetō gozaimasu)
  • 明けましておめでとうございます (Akemashite omedetō gozaimasu)
  • 今年もよろしくおねがいします!(kotoshi mo yoroshiku o-negai-shimasu)
  • 今年も楽しみにしています!(kotoshi mo tanoshimi ni shite imasu)
  • 今年もよろしくお願いします (kotoshi mo yoroshiku o-negai-shimasu)
  • よいお年を (Yoi otoshi o)
  • 謹んで新年のお喜びを申し上げます (Tsutsushinde shinnen no oyorokobi o mōshiagemasu)
  • 謹賀新年 (Kinga Shinnen)
  • 恭賀新年 (Kyouga Shinnen)
  • 賀正 (Gashō)
  • 迎春 (Geishun)

Le Nouvel An japonais

Le Nouvel An japonais, oshōgatsu (お正月, oshōgatsu) ou ganjitsu (元日, ganjitsu), est célébré depuis des siècles et a ses propres coutumes. C'est l'une des fêtes les plus importantes de l'année et qui dure plusieurs jours. De nos jours, les Japonais prennent des congés du 1er au 5 janvier (parfois même à partir du 27 ou 28 décembre pour les préparatifs du réveillon), et en profitent parfois pour partir en voyage à l'étranger. Autrefois, au même titre que le Nouvel An chinois, coréen et vietnamien, il était basé sur le calendrier chinois et était fêté au début du printemps. Depuis 1873, le Japon fonctionne sur le système du calendrier grégorien et le premier janvier est devenu le jour officiel du Nouvel An au Japon.


Signification et pratiques

Les Japonais aiment commencer l'année nouvelle sur de bonnes résolutions. Pour cela, ils pratiquent un grand nettoyage appelé ōsōji (大掃除, ōsōji) les derniers jours de décembre et qui fait office de rite de purification de la maison. On change le papier des shōji, on remplace les objets abîmés, on aère les tatami. Ils doivent aussi avoir liquidé les affaires en cours et réglé leurs dettes avant d'entamer l'ōmisoka, le réveillon du 31 décembre. Il est généralement de mise de faire preuve d'optimisme et de bonne humeur. On décore ensuite la porte des maisons avec un kadomatsu (門松, kadomatsu) et un shimenawa (標縄, shimenawa). On dépose également une offrande dans le tokonoma (床の間, tokonoma) de la maison surmonté d'un shimenawa : des gâteaux de riz empilés appelés kagami mochi (鏡餅, kagami mochi), généralement au nombre de deux plus une petite orange amère appelée daidai (橙, daidai).


Visite au temple

Il est coutume le 1er janvier, souvent dès minuit suite à l'ōmisoka, de se rendre au sanctuaire shinto, ou au temple bouddhiste, pour le hatsumōde (初詣, hatsumōde), première visite au temple. On y boit le toso (屠蘇, toso), premier sake de l'année, préparé avec des herbes médicinales et censé garantir bonne santé pour l'année. On se rend aussi au temple pour prier et pour tirer les prédictions (お神籤, omikuji) de la nouvelle année. Une attention particulière est également portée au premier lever de soleil de l'année, le hatsuhinode (初日の出).


Vœux et étrennes

Traditionnellement, on rend des visites de politesse à la famille et aux amis, et l'on donne des étrennes aux enfants, appelées otoshidama (お年玉, otoshidama), coutume qui vient de Chine. Autrefois on montrait également sa reconnaissance à son maître ou son seigneur. Il est aussi coutume de déposer sous l'oreiller des enfants une image du Takarabune, le navire Sept Divinités du Bonheur, pour qu'ils fassent de beaux rêves. Les vœux se souhaitent en disant « yoi o-toshi o » (よいおとしを, « yoi o-toshi o » litt. « bonne année ») jusqu'au 31 décembre, « akemashite omedetō » (あけましておめでとう, « akemashite omedetō »? litt. « félicitations à l'aube [de cette nouvelle année] ») à partir du 1er janvier. On souhaite également ses vœux par cartes postales appelées nengajō (年賀状, nengajō litt. « carte de félicitations de l'année »), envoyées afin qu'elles arrivent le 1er janvier.


Ōmisoka

Ōmisoka (大晦日), le réveillon du Nouvel An japonais, est le deuxième jour le plus important de la tradition japonaise car c'est le jour qui clôture l'ancienne année et l'avènement du jour du Nouvel An. On mange une soupe chaude accompagnée de soba appelées kake (dettes), ce qui symbolise que l'on a payé toutes ses dettes de l'année. À minuit, les japonais quittent leur logement pour se rendre au temple (qui fait retentir 108 coups de cloche) ou au sanctuaire, laissant ainsi la place aux esprits qui font le changement d'année. Les gens ont tendance à être très occupés pour Ōmisoka car ils ont beaucoup à faire pour préparer la nouvelle année et en particulier le jour du Nouvel An. Beaucoup d'entre eux font un grand ménage appelé ōsōji (大掃除) qui va jusqu'au changement du papier des shōji et à l'aération des tatami au soleil.


Source: fr.wikipedia.org